Canule d'échappement de Mégane R.S.

Norme WLTP : le malus écologique va t-il exploser en septembre 2018 !?

 Le 28/04/2018 - 16:14

L'Europe a posé des objectifs drastiques concernant les émissions de CO² automobiles à court terme et le malus écologique français, tout en finesse, assassine déjà les amateurs de voitures sportives abordables. Doit-on s'attendre à pire avec le passage à la nouvelle norme WLTP !?

Comme nous l'avions déjà relevé dans un article, le système de bonus / malus écologique français,  qui repose uniquement sur les émissions de CO² (en g/km parcouru), est particulièrement pénalisant pour les compactes sportives. Son coût représente déjà jusqu'à plus de 20% du prix d'achat de certains véhicules neufs de la catégorie.

NEDC vers WLTP : Bref résumé de la situation

Pour informer leurs clients sur la consommation et les émissions polluantes de leurs véhicules, les constructeurs automobiles doivent leur faire subir une série de tests officiels avant leur commercialisation. Pour que les résultats soient comparables entre toutes les voitures du marché, ces tests sont toujours effectués de la même manière. Depuis 1973 (avec une évolution en 1990), la procédure utilisée en Europe suit un cycle normalisé appelé NEDC (New European Driving Cycle).

Ce cycle permet de fournir aux consommateurs les consommations de la voiture testée dans des conditions de circulation urbaines, extra-urbaines et mixte. Il permet également de déterminer les valeurs des rejets de C0² moyennes du véhicule puisque celles-ci sont proportionnelles au carburant brûlé.

La procédure actuelle comporte néanmoins 2 défauts majeurs :

  • Les valeurs de consommation en conduite réelle (constatées par l'acheteur en utilisant lui même son auto) sont souvent bien supérieures à celles annoncées.
  • Les phases du cycle de test sont aisément identifiables et reproductibles.

C'est ce 2ème point qui a donné naissance au scandale Volkswagen (ou Dieselgate), les ingénieurs du groupe automobile allemand ayant doté leurs voitures d'un logiciel « truqueur » qui savait reconnaître quand la voiture subissait un test du cycle NEDC et mettait le moteur dans un mode de fonctionnement particulier pour que celui-ci rejette moins de polluants (NOx en particulier) et de CO².

Tout ceci a précipité la mise en place d'un nouveau cycle de conduite, beaucoup plus complexe et surtout sensé délivrer des résultats bien plus proches de la réalité. Ce cycle doit permettre d'harmoniser au niveau mondial (et non plus seulement européen) les consommations et rejets polluants des automobiles. C'est le cycle WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures).

Le passage de la norme NEDC à la norme WLTP doit s'exécuter selon un planning bien défini.

Septembre 2017 : tout nouveau modèle homologué doit être certifié WLTP

En milieu d'année 2017, nous étions soulagés d'apprendre que la Mégane 4 R.S. serait homologuée avant cette date fatidique de septembre 2017 avec des valeurs obtenues suivant le cycle NEDC. En effet, les rumeurs laissaient craindre un passage sans transition des valeurs NEDC vers WLTP. Une hausse de 10% à 20% était donc attendue pour une même voiture entre sa consommation théorique suivant le cycle NEDC et celle suivant le cycle WLTP. Nous pensions donc que nous assisterions à une comparaison « injuste » entre un véhicule déjà commercialisé depuis un certain temps avec des valeurs (consommations et CO²) NEDC et un nouveau modèle avec des valeurs WLTP.

Si nous reprenons l'exemple de la Mégane R.S. 280 EDC avec ses jantes 18", sa consommation mixte suivant le cycle NEDC est de 6,9 l/100km et ses rejets de 155 gC0²/km. Si nous supposons que ces valeurs augmentent disons de 15% suivant le cycle WLTP, cette même voiture aurait obtenu une moyenne de 7,9 l/100km et 178 gC0²/km. Bien évidemment, la consommation en usage réel aurait été identique, donc peut importe à ce niveau. Mais le gros soucis venait du malus écologique qui découle des émissions de C0² normalisées. Toujours pour notre Mégane, nous serions passé de 3113 € à 8460 € !

Septembre 2018 : tout modèle neuf vendu sur le marché doit être certifié WLTP

Comme nous l'avons vu, tout nouveau modèle introduit sur le marché et homologué après septembre 2017 doit recevoir une certification WLTP pour ses consommations et émissions polluantes. Mais, suivant les directives européennes et pour ne pas embrouiller les consommateurs, les constructeurs doivent continuer à afficher ces valeurs suivant la norme NEDC jusqu'en janvier 2019. 

Il existe, à cet effet, une méthode de corrélation (CO2MPASS) qui permet de calculer des valeurs de consommations et de rejets de CO² NEDC à partir de résultats WLTP...et c'est peut être là que d'éventuels écarts pourraient se présenter bien que les valeurs de vrais tests NEDC puissent également être utilisées dans le cas où le véhicule a passé les tests réels de ce cycle de conduite.

C'est ainsi que, par exemple, la nouvelle Mercedes classe A250 224 cv, qui va être commercialisée dans quelques jours (pas en France pour ce moteur...), est affichée avec une consommation en cycle mixte de 6l/100km et 141 gCO²/km NEDC. Ses valeurs WLTP, qui n'ont pas été communiquées, seront bien évidemment sensiblement plus élevées.

Vous l'avez compris : il ne devrait pas y avoir de révolution au niveau des rejets de CO² officiels et donc du malus écologique en septembre prochain mis à part que tous les véhicules en vente (à l’exception de certains modèles en fin de carrière) auront dû effectivement passer les tests WLTP. Mais nous continuerons à parler en NEDC.

Nous pouvons enfin noter que, malgré tout, certains modèles vont disparaître prématurément (ou temporairement) du catalogue des constructeurs. Ces derniers ne souhaitent (ou peuvent) pas faire les mises à jour techniques nécessaires pour répondre à la nouvelle norme Euro 6c qui fixe les limites des rejets polluants et reposera dès septembre 2018 sur les tests WLTP. C'est le cas, par exemple, de la Volkswagen Golf R ou de la Mégane GT TCe 205.

Janvier 2019 : tous les modèles neufs en vente dans les concessions doivent afficher les valeurs WLTP de consommation et d'émission de CO²

C'est en fait à cette date que les choses vont réellement changer.

Les consommations théoriques et les émissions de CO² des modèles en vente vont faire un bon en avant suite au passage à l'affichage WLTP. Mais c'est aussi à cette date que le nouveau barème du bonus / malus écologique français sera revu, comme chaque année. La commission européenne recommande que le consommateur ne doit pas pénalisé directement par le changement de norme. Le barème devra donc être revu en prenant en compte ce paramètre déterminant. La France a d'ailleurs reçu une mise en garde particulière à ce sujet puisque nous avons une des taxation sur le CO² la plus forte d'Europe. Néanmoins, rien n'est imposé et nous pouvons faire confiance à nos technocrates pour ne pas nous faire de cadeau, le malus se faisant quoi qu'il arrive de plus en plus sévère d'année en année.

N'oublions pas non plus que les résultats des tests WLTP peuvent varier d'un modèle à l'autre par rapport aux résultats NEDC. Certaines autos vont augmenter de 4 ou 5% leur consommations, d'autres peut être de 25% ! A cause de ces différents paramètres, une forte incertitude règne donc réellement pour janvier 2019.